Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 18:03
Un gros bestiau plein de muscles récurait sa bouche pleine de crocs avec une patte pleine de griffes, lourdement vautré dans un fourré plein de buissons plein de feuilles.
C'était un prédateur stupide et efficace, et pour l'heure, il trouvait le monde parfait.
Ses capacitées cognitives atrophiées, à peine supérieures à celles du militant UMP de base, lui donnaient l'agréable impression que tout était en place et en harmonie.
Sa pensée prenait la forme d'une douce bulle sucrée nimbée de lumière accordée en la et sentant la femelle.
Il ressentait régulièrement cette quiétude. À vrai dire à chaque fois qu'il avait le ventre plein et rond posé sur un tapis de verdure.
Toujours est-il qu'il fut quelque peu surpris quand une tâche de colère apparut sur sa bulle.
Et se mit à grossir.
Il frémit des poils et fronça ce qui pouvait l'être, agacé. Le vent, jusque-là pépère et moyen-tiède, vira, fraîchit et prit une longue aspiration, prêt à souffler.
Gros Bestiau s'agitait, tâchant vainement de retrouver la pureté de sa bulle. Sa colère se développa. Il se redressa et grogna. La forêt s'assombrit soudainement et il sentit une bourrasque chaude le happer telle une bulle, consumant les feuilles alentours. Ses poils roussirent et il rugit.
Colère apparut face à lui et sa pensée implosa, plongeant dans une haine sombre et trouble où s'enferma un hurlement qui l'étouffa. Il se tendit si soudainement et puissamment qu'il ne sentit pas ses muscles éclater avant de mourir. Immobilité observa la scène un cours instant pour faire bien et Gros Bestiau se revautra lourdement dans les feuilles.
Colère lui enleva la tête d'un geste nerveux pour bien montrer qu'elle n'était pas contente -même avec du sang partout- et repartit de son allure vive, traçant son sillon de désolation dans la forêt. Vent y faisait tournoyer les feuilles brûlées.
Immobilité regarda un moment la tête de Gros Bestiau reposant près de son corps sanguinolant. Elle continuait de roussir.

Boris Clo déambulait gaiement dans la demeure de son hôte, accompagnant ses envolées lyriques de mouvements hystériques des bras. Ses envolées avaient par ailleurs tendance à percuter murs, sols et plafonds et à rebondir ainsi à l'infini dans le sillage du brocolis, s'entremêlant jusqu'à former une masse mouvante de mots mous, une tumeur géante palpitante s'étirant plotchment derrière lui. Un éventuel spectateur phobique de chewing-gums machés géants gris-verdâtres qui bullent se sentirait sûrement mal et arrêterait de gober n'importe quel champignon un peu fluo. Ou commencerait.
Pénétrer le-dit chewing-gum sembla presque ralentir Son Hôte. Son sourire vacilla à peine quand il s'enfonça dans la masse à la suite de Boris Clo.

(...au suivant...)

Partager cet article

Repost 0
Published by 230 volts - dans Brocoliday
commenter cet article

commentaires

noémie 28/05/2008 17:23

vivent les Brocoliday! je kiffe grave

60Watts, A Fair Foot

Dans Les Épisodes Précédents..

Pages

Tri Sélectif